Boucliers humains à Bagdad février 2003

Mon récit est aujourd’hui uniquement oral. Je ne poste ici que des références comme cet article sur les boucliers.

Qu’est-il arrivé aux « boucliers humains » de l’Irak ?

Par Simon Watts

BBC World Service pour l’original et la photo de Ken O’Keefe (C) et les « boucliers humains » en route pour Bagdad

Publié le 19 mars 2013

En mars 2003, un groupe de militants internationaux a organisé l’une des manifestations les plus médiatisées contre l’invasion de l’Irak. Sous le regard des médias du monde entier, ils se sont rendus dans un convoi de bus délabrés jusqu’à une centrale électrique près de Bagdad.

« Les rues étaient complètement envahies par les gens », raconte Joe Letts, aujourd’hui âgé de 62 ans, un militant anti-guerre du Dorset. « C’était comme une atmosphère de carnaval – je n’avais jamais rien vécu de tel auparavant ».

M. Letts avait conduit de Big Ben à Londres jusqu’à Bagdad, ramassant des « boucliers humains » – des militants pacifistes de 35 pays différents – en cours de route.

Ils étaient arrivés dans trois bus, dont deux Routemasters rouges de Londres appartenant à M. Letts et habituellement loués lors de festivals de musique dans le West Country.

Au cours du voyage de trois semaines depuis l’Europe du Nord, les militants ont bravé des routes de montagne escarpées et des tempêtes de neige traîtresses, tout en restant enfermés dans des sacs de couchage à l’intérieur des autocars à deux étages exigus.

Le régime de Saddam Hussein a accueilli les boucliers humains à bras ouverts lorsqu’ils ont atteint Bagdad le 15 février, en faisant coïncider leur arrivée avec les grandes manifestations anti-guerre organisées dans le monde entier.

« Les Irakiens avaient appris à la télévision qui nous étions et pourquoi nous venions », dit M. Letts, « alors il y avait des foules d’enfants qui nous saluaient. C’était une journée extraordinaire ! »

Ils ont été logés dans des suites d’hôtel confortables dans le centre de la capitale irakienne.

« Ils nous ont très bien nourris », dit M. Letts. « Par certains aspects, c’était presque comme si nous étions en vacances ».

Les militants avaient prévu de se rendre sur des sites clés de Bagdad, en emportant avec eux des caméras, des téléphones satellites et des ordinateurs de pointe.

S’ils avaient été bombardés, les boucliers auraient essayé de faire circuler leurs images instantanément, provoquant ce que M. Letts appelle une « catastrophe politique » dans les capitales occidentales.

Mais dès que les militants se sont installés, les Irakiens ont annoncé qu’ils avaient des idées différentes sur le déroulement de l’opération.

De nombreux membres du groupe s’attendaient à être déployés sur des sites tels que des hôpitaux et des écoles, mais leur officier de liaison irakien, Abdul al-Ashhemi, a déclaré que le régime de Saddam Hussein souhaitait qu’ils défendent plutôt six sites d’infrastructures clés.

Ces sites comprenaient une raffinerie de pétrole, une centrale électrique et un dépôt de nourriture, où, a annoncé M. Ashhemi, les boucliers bénéficieraient d’un hébergement spécial à l’occidentale – y compris des toilettes correctes.

La réunion est houleuse : certains militants sont choqués, car ils ont l’impression d’avoir parcouru des milliers de kilomètres pour sauver des vies, et non pour protéger l’industrie irakienne.

M. Letts admet qu’il y avait « des dissensions dans les rangs », mais il s’est prononcé en faveur du plan irakien et a fini par l’emporter.

En tant qu’ancien travailleur humanitaire qui s’est rendu en Irak en 1991, il dit qu’il pouvait comprendre l’intérêt de maintenir l’électricité et le courant électrique de Bagdad après le bombardement. Il admet également que ce sont ces sites, et non les écoles et les hôpitaux, qui ont été visés pendant la première guerre du Golfe.

« Lorsque nous sommes arrivés à la centrale électrique de Bagdad Sud, il y avait quatre grandes tours et une grande photo de Saddam Hussein », raconte M. Letts.

« Il y avait une grande pièce qu’ils avaient transformée en dortoir pour nous, ils avaient trouvé une télévision de quelque part et ils nous avaient construit des douches et des toilettes modernes. »

Le groupe a peint « Boucliers humains » en énormes lettres sur le toit de la centrale électrique et s’est installé.

Mais les jours suivants, des tensions apparaissent au sein du groupe – et avec leurs hôtes.

Les Irakiens ont expulsé l’un des activistes les plus militants – un ancien marine américain appelé Ken O’Keefe – et plusieurs autres.

Selon M. Letts, M. O’Keefe avait « un cœur passionné » mais était un « leader diviseur » et trop conflictuel avec les Irakiens.

Au début des bombardements américains, le 20 mars, d’autres personnes étaient parties aussi, soit parce qu’elles n’étaient pas satisfaites du choix des sites, soit simplement parce qu’elles voulaient rentrer chez elles.

Après avoir passé une semaine à la centrale électrique, M. Letts est également parti. Il a estimé qu’il devait protéger ses bus – ils étaient, après tout, son gagne-pain.

« Mes bus sont tout ce que nous avions au monde et ils étaient là, au milieu d’une zone de guerre », dit-il.

« J’ai dû revenir », dit-il, « mais j’ai fait venir les gens et c’est ce qui m’a le plus marqué. Je ne suis pas parti avant de m’être assuré que tout fonctionnait. »

Les estimations du nombre de boucliers humains restés en Irak pendant toute la durée des bombardements varient de 25 à un peu plus de 100. Aucun de leurs sites n’a été touché et M. Letts pense qu’ils ont fait la différence.

Il est retourné à Bagdad plus tard en 2003 et a visité la centrale électrique, où le directeur lui a dit que les boucliers avaient protégé le site jusqu’à ce qu’une vague de pillage éclate immédiatement après l’invasion dirigée par les États-Unis.

À ce moment-là, la centrale électrique fonctionnait encore et M. Letts croit savoir que les cinq autres installations ont connu une « expérience largement similaire ».

Les boucliers humains n’ont pas réussi à arrêter la guerre en Irak, mais M. Letts estime qu’il s’agit d’une « réussite massive » qui a permis de maintenir une partie suffisante des infrastructures pour que Bagdad puisse « survivre ».

M. Letts affirme que des membres de la RAF et d’autres sources lui ont dit que les boucliers humains étaient un sujet de discussion au sein du haut commandement.

« Les Britanniques et les Américains étaient très préoccupés par l’élimination d’un grand nombre d’entre eux », dit-il.

Les boucliers humains ont été largement critiqués en Occident pour être des pions du régime irakien. M. Letts affirme qu’ils ont longuement discuté de toutes leurs décisions clés avec les responsables irakiens, puis ont procédé à un vote démocratique entre eux.

« Personne n’était en faveur de Saddam », dit-il. « Nous étions là pour empêcher la répétition des dommages et des souffrances qui ont suivi la première guerre du Golfe. »

Et pour le chauffeur de bus du Dorset, le voyage en Irak a été une odyssée aussi bien personnelle que politique.

Il luttait depuis des années pour partager la foi chrétienne de sa femme, Thea, et sur le chemin de l’Irak, il a été inspiré en voyant les sites bibliques visités par Saint Paul.

« C’était le voyage le plus incroyable », dit M. Letts. « Je suis une personne différente grâce à cela… et je pense que je suis meilleur ».

Simon Watts a interviewé Joe Letts pour l’émission Witness du BBC World Service. Vous pouvez le réécouter via BBC iPlayer ou parcourir les archives des podcasts d’Outlook.

Un avis sur « Boucliers humains à Bagdad février 2003 »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :