Juin 2003 : dernier message avant le retour

Podcast paralèlle

Retour remis plusieurs fois sous des prétextes divers. En fait, je n’avais guère envie de rentrer, mais il faut bien venir remplir la feuille d’impôts et dépouiller un courrier de neuf mois. Il y aussi le désir de revoir les amis qui n’ont pas pu venir me rendre visite.

Quand Marie m’a dit que je raterais les cerises et les abricots en rentrant à la mi-mai, mon siège fut fait. Je n’avais aucune raison de rentrer si tôt. Outre les fruits (les abricots juteux et parfumés, les étonnantes mûres appelées « toute»), il y a l’ail et les oignons tout frais et doux dont la consommation n’handicape pas la vie sociale. Je n’ai pas parlé des amandes que l’on mange avec la coque, arrosées de citron et assaisonnées avec du sel. Mais c’était en avril.

Autre raison de rester : le pur plaisir de passer des heures à lire sous l’iwan du centre culturel danois installé dans une maison de la vieille ville restaurée de façon magistrale. L’iwan est l’endroit où l’on se tient en été  et je vous l’ai photographié ; c’est une pièce ouverte sur un côté. Il y fait moins chaud vu que le soleil ne le touche pas. Au centre de la cour intérieure, une fontaine comme dans toutes les maisons de la vieille ville.

Plongée dans l’étude de la langue, je pestais contre ma totale ignorance de l’histoire du pays et de l’islam en général. Je commence à remédier à cette lacune en profitant de la bibliothèque du centre.  

Et il y avait surtout Baudelaire:

Voici venir les temps où vibrant sur sa tige /Chaque fleur s’évapore ainsi qu’un encensoir

Sur mon passage, le jasmin ou le chèvrefeuille m’envoient leur parfum. Si Baudelaire dit cela un peu mieux, c’est parce qu’il est né avant moi.

Je fume mes derniers narguilés sur mon balcon ; j’avais totalement arrêté de fumer quand le seul médecin que j’ai consulté ici (c’était avant les examens ; je mourrais de peur et ma tension faisait des poussées désagréables), donc, quand le médecin m’a dit que l’eau ne lavait aucunement la fumée, que le tabac contenait de la mélasse ce qui en accroissait encore la nocivité, bref, que je ferais mieux de m’abstenir, j’ai obtempéré. Mais fumer dans le noir, dans la chaleur du soir… irrésistible.

Café arabe  et café turc

Pendant neuf mois j’ai commandé du café arabe sans me rendre compte que l’on me donnait du café turc. J’ai enfin la recette du vrai café arabe : un café amer auquel on mélange parfois un peu de café non torréfié et que l’on fait mitonner pendant au moins une demi heure. C’est de celui-là que l’on vous sert quelques gouttes au fond d’une petite tasse. Dans la rue ou dans un restaurant, vous verrez parfois un monsieur avec une grande cafetière au bec recourbé vous en proposer. Le breuvage est corsé.

J’ai déjà parlé des Palestiniens

Parler d’une terre sans peuple pour un peuple sans terre est vraiment une aberration.

Ils me montrent les photos de leurs écoles, de leurs maisons, les photos de classe ; « nous avions un pays. Notre terre était occupée par ses habitants ».

Ils sont dans un tunnel tout noir sans une lueur d’espoir.

Tous les jours je vois des scènes insoutenables à la télévision.

Au risque d’en faire hurler certains, les parallèles avec l’occupation allemande chez nous sont inévitables.

Et pourtant, et je ne le savais pas avant de venir ici, les juifs de la région sont des Arabes au même titre que les musulmans et les chrétiens. Chez nous, on a tendance à assimiler musulmans et Arabes ; inutile de rappeler que bien qu’en majorité musulmans, les Turcs, les Iraniens, et les Kurdes ne sont pas des Arabes.

L’Irak

Bien que je ne le regrette pas, la semaine passée avec les boucliers humains n’a servi qu’à donner un peu de courage aux Irakiens avant l’assaut; je suis sans nouvelles de la famille dont j’avais fait la connaissance à la raffinerie de Daura. Je n’ai pas pu trouver le médicament indien que m’avait demandé le chauffeur de taxi pour son frère et internet n’a pas acheminé mes messages.

Ici, nous pensons beaucoup à nos voisins avec tristesse et consternation. Le danger d’une invasion américaine en Syrie semble écarté pour le moment, mais va savoir… 

Dans le podcast je vous parle du mariage kurde

Proclamation des résultats au Majad

Heureuses d’avoir réussi

Je vous écrirai la prochaine fois de Belgique. Tot ziens et illa liqa !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :